Solo a été emprisonné le jour de son départ en France, le 29 juillet 2015, pour cinq mois alors que la plainte de RANARISON tsilavo a été déposée le 20 juillet 2015

Les mensonges de RANARISON Tsilavo
  1. La demande de dessaisissement d’une Cour à une autre explique mieux, sans risque d’un autre procès pour diffamation en France, résume l’atmosphère de cette journée du 29 juillet 2015 au Palais de Justice d’Anosy.
  2. Solo dit : Je n’ai établi AUCUNE facture. Les factures (de la société EMERGENT) sont établies par les salariés (de Chez Connectic) pour pouvoir acheter des marchandises à l’étranger auprès de la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS
  3. Tous les ordres de virement (de CONNECTIC vers EMERGENT) ont été signés par RANARISON Tsilavo gérant fondateur CEO NEXTHOPE
  4. Solo dit Je peux sortir les preuves que les marchandises commandées sont toutes arrivées à Madagascar
  5. Ce sont les employés (de chez Connectic) qui ont établi le libellé (des factures). J’ai seulement dit que la société EMERGENT a besoin de fond pour acheter des marchandises.
  6. Les salariés (qui travaillent actuellement chez NEXTHOPE Madagascar après avoir fait une grève sans préavis chez CONNECTIC) qui ont dit qu’il n’y a pas de marchandises reçues par Connectic ont menti
  7. RANARISON Tsilavo m’a demandé de créer la société (EMERGENT)
  8. Les preuves que la justice malgache a été manipulée par RANARISON Tsilavo pour faire condamner Solo, son patron, à 2 ans de prison avec sursis et 428.492 euros d’intérêts civils à régler à RANARISON Tsilavo, un simple associé, alors que c’est la société CONNECTIC qui est la victime directe et personnelle

Le juge d’instruction Hortense TAGNEVOZARA,le mercredi 29 juillet à 20 heures, envoie directement Solo en mandat de dépôt malgré les réponses circonstanciées fournies par celui-ci.

La demande de dessaisissement d’une Cour à une autre explique mieux, sans risque d’un autre procès pour diffamation en France, résume l’atmosphère de cette journée du 29 juillet 2015 au Palais de Justice d’Anosy.

Natrehin’ny mpiaro azy
F.V : – Laviko ny fiampangana ahy.

F.V : Tsy izaho no nanao ireo facture ireo fa ny tao ampiasana ahafahana manafatra entana ay andafy any amin’ny Sté Emergent network systems
F.V :Hividy matériel informatique isan-kerinandro.
F.V : Ireo vola rehetra ireo dia tsy izaho no nanao sonia fa i Mr Tsilavo

F.V : Afaka avoakako ny porofo fa tonga tokoa ny entana nanafarana ireo vola ireo fa tsy mbola eto ampelatanako amin’izao fotaona izao.
F.V : Ry zareo mpiasa ihany no manao libelé fa ny niteniko azireo fotsiny hoe mila vola ny Sté Emergent hanafarana entana.
F.V : Mandainga ireo mpiasa ireo raha milaza fa tsy nisy entana tonga.
F.V : I Mr Tsilavo avokoa no nampaniraka ahy hanangana io Société io.
Tsy misy teniko intsony
Déclaration de Solo devant le juge d’instruction TAGNEVOZARA Hortense qui va l’envoyer en mandat de dépôt à Antanimora le 29 juillet 2015

Assisté par ses conseils
Réponse : je réfute les accusations en mon égard.
Réponse : Je n’ai établi AUCUNE facture. Les factures (de la société EMERGENT) sont établies par les salariés (de Chez Connectic) pour pouvoir acheter des marchandises à l’étranger auprès de la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS
Réponse :Tous les ordres de virement ont été signés par RANARISON Tsilavo
Réponse :Je peux sortir les preuves que les marchandises commandées sont toutes arrivées à Madagascar
Réponse :Ce sont les employés (de chez Connectic) qui ont établi le libellé (des factures). J’ai seulement dit que la société EMERGENT a besoin de fond pour acheter des marchandises.
Réponse :Les salariés qui ont dit qu’il n’y a pas de marchandises reçues par Connectic ont menti
Réponse :RANARISON Tsilavo m’a demandé de créer la société (EMERGENT)
Réponse :Je n’ai plus rien d’autre à déclarer
Traduction de la déclaration de Solo devant le juge d’instruction TAGNEVOZARA Hortense qui va l’envoyer en mandat de dépôt à Antanimora le 29 juillet 2015

Il faut savoir être digne !
Les déclarations de Solo n’a pas varié depuis le début de cette affaire.

F.V : Tsy izaho no nanao ireo facture ireo fa ny tao ampiasana ahafahana manafatra entana ay andafy any amin’ny Sté Emergent network systems

Solo dit : Je n’ai établi AUCUNE facture. Les factures (de la société EMERGENT) sont établies par les salariés (de Chez Connectic) pour pouvoir acheter des marchandises à l’étranger auprès de la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS

F.V : Ireo vola rehetra ireo dia tsy izaho no nanao sonia fa i Mr Tsilavo – C’Est Tsilavo qui a signé les ordres de virement

Tous les ordres de virement (de CONNECTIC vers EMERGENT) ont été signés par RANARISON Tsilavo gérant fondateur CEO NEXTHOPE

F.V : Afaka avoakako ny porofo fa tonga tokoa ny entana nanafarana ireo vola ireo fa tsy mbola eto ampelatanako amin’izao fotaona izao.

Solo dit Je peux sortir les preuves que les marchandises commandées sont toutes arrivées à Madagascar

F.V : Ry zareo mpiasa ihany no manao libelé fa ny niteneniko azireo fotsiny hoe mila vola ny Sté Emergent hanafarana entana.

Ce sont les employés (de chez Connectic) qui ont établi le libellé (des factures). J’ai seulement dit que la société EMERGENT a besoin de fond pour acheter des marchandises.

F.V : Mandainga ireo mpiasa ireo raha milaza fa tsy nisy entana tonga.

Les salariés (qui travaillent actuellement chez NEXTHOPE Madagascar après avoir fait une grève sans préavis chez CONNECTIC) qui ont dit qu’il n’y a pas de marchandises reçues par Connectic ont menti

F.V : I Mr Tsilavo avokoa no nampaniraka ahy hanangana io Société io.

RANARISON Tsilavo m’a demandé de créer la société (EMERGENT)

 

 

 

Les preuves que la justice malgache a été manipulée par RANARISON Tsilavo pour faire condamner Solo, son patron, à 2 ans de prison avec sursis et 428.492 euros d’intérêts civils à régler à RANARISON Tsilavo, un simple associé, alors que c’est la société CONNECTIC qui est la victime directe et personnelle

RANARISON Tsilavo a perdu son référé auprès du Tribunal de Grande Instance d’Evry (France) pour diffamation pour interdire la publication sur différents sites de l’état de la Justice à Madagascar avec RANARISON tsilavo en toile de fond 

Les jugements rendus par les magistrats malgaches violant la loi au bénéfice de RANARISON Tsilavo

Les virements de 1.047.060 euros, objet de la plainte pour abus de biens sociaux de RANARISON Tsilavo, tous les ordres de virement signés par RANARISON Tsilavo, ont une contrepartie de 1.321.125 USD et 297.032 EUROS de matériels reçus par CONNECTIC d’après l’email du 25 avril 2012 de RANARISON Tsilavo lui-même

Les factures d’achat d’équipements CISCO auprès du revendeur WESTCON Africa, revendeur agréé CISCO, ainsi que les échanges de correspondance par la société française EMERGENT NETWORK d’après un schéma de travail tripartite (CONNECTIC – WESTCON AFRICA – EMERGENT NETWORK )établi par RANARISON tsilavo lui-même en mars 2009. RANARISON Tsilavo a lui même établi une facture d’IOS (logiciciel de CISCO) de 20.000 euros en mars 2009

Les douanes françaises ont constaté que la société EMERGENT NETWORK a envoyé à la société CONNECTIC pour 1.415.430 euros de matériels.

La victime directe et personnelle de l’abus des biens sociaux est la société CONNECTIC et non RANARISON Tsilavo, simple associé : L’article 6 du code de procédure pénale malgache ainsi que l’article 181 de loi sur les sociétés commerciales à Madagascar sont clairs.

L’arrêt de la Cour d’appel d’Antananarivo a violé l’article 2 du code de la concurrence et l’article 1598 du code civil malgache. Il a également traduit de travers une attestation pourtant claire de la société CISCO.

Le jugement du tribunal correctionnel du 15 décembre 2015 est sans motivation, se contentant de dire « Il résulte preuve suffisante contre le prévenu Solo d’avoir commis le délit d’abus de confiance à lui reprocher ». Que dire de plus ?

L’intérêt civil est dû au victime direct et personnel de l’infraction, la société CONNECTIC, et non à un simple associé : L’article 6 du code de procédure pénale malgache ainsi que l’article 181 de loi sur les sociétés commerciales à Madagascar sont clairs.

Le pouvoir souverain des juges du fond est applicable à condition que les décisions soient motivées et s’appuyent sur une base légale. Et comme le jugement du tribunal correctionnel est sans motivation tour en violant les lois malgaches tandis que l’arrêt de la Cour d’appel ne fait que violer la loi dans motivation.

Le jugement du tribunal de commerce du 27 mars 2019 présidée par RAKOTOARILALAINA Annick Rosa fait référence à l’article 301 de la LTGO concernant l’autorité de la chose jugée alors que c’est la première fois que RANARISON Tsilavo et la société CONNECTIC a affaire à la justice